Deuil et thérapie familiale : quels objets flottants ?

Gaillard J-P, Rey Y.

in revue Thérapie familiale. Vol. XX n° 4- 2001. Editions Médecine et Hygiène. Genève.

Résumé : Deuil et thérapie familiale : quels objets flottants ?- Cet article traite du deuil et de la thérapie familiale. Les auteurs rapportent et confrontent deux types d'expérience. La première concerne l'utilisation du jeu de l'oie systémique avec une situation bloquée de famille en deuil. La seconde porte sur les outils thérapeutiques adaptés aux états de stress aigu. Une reflexion est engagée qui pose la question d'une technique spécifique, apparentée à celle des objets flottants, destinée aux familles en état de choc suite à un deuil aggravé.

Mots clés : deuil, thérapie familiale, objets flottants, stress post-traumatique.

Summary : Mourning and family therapy : which type of floating objects? – This paper deals with mourning and family therapy. The authors present two types of studies. The first experiment concerns the use of systemic goose game with families that did not overcome their grief. The second one presents some therapeutic tools fitted the various states of acute stress. A study is on : is it convenient to conceive a specific tool, very close to floating objects, dedicated to families that live traumatic state due to a deep grief.

Key words : mourning, family therapy, floating objects, post-traumatic stress.

« On a toujours cherché des explications quand c'étaient des représentations qu'on pouvait seulement essayer d'inventer »P. Valéry (Cahier 1, p. 837)

Les passages en italique sont extraits d’un texte, non encore publié, de Lucien Halin, avec son aimable autorisation

 

Introduction

Deux chemins se sont croisés, tous eux orientés vers la recherche-action : l’un développé à partir des objets flottants et plus précisément du jeu de l’oie systémique, l’autre portant sur l’accompagnement des complications dans le processus de deuil et sur les outils thérapeutiques adaptés aux états de stress aigu.

Une conversation stimulante est engagée. Elle pose d’une part la question éthique de l’accompagnement-même du processus de deuil, et d’autre part la question technique de l’utilité d’un objet flottant dans l’accompagnement du processus de deuil :

- on peut en effet concevoir qu’il y ait banalisation, voire violence, à prévoir un encadrement, un soutien, pour les familles victimes d’un deuil, sauf si, toutefois, il s’agit d’un deuil aggravé s’apparentant à un état de stress post traumatique ;

- des objets flottants tels le jeu de l’oie et les masques ouvrent à un espace non prédictible, largement doté en expressions analogiques et chargé de forces émotives. Un outil plus clairement dédié aux cheminements complexes du deuil perdrait-il ces précieuses qualités ?

Cette confrontation d’expériences tentera d’éclairer ce questionnement.

---------------------------------------------------

Dès la salle d’attente, cette famille semblait statufiée. Le père isolé, visage figé, traits tombant, regard absent, semblait plongé dans de sombres pensées. La fille (18 ans) et le fils (15 ans), assis à égale distance l’un de l’autre, tenaient chacun une revue, visages impavides comme si l’enfance les avait déjà quittés, regards fixes ils étaient posés là presque immobiles.

Deux séances nous apprirent, à mots comptés, le drame : Madame, épouse de Maxime et mère des deux adolescents avait trouvé la mort dans un accident de voiture, il y avait un peu plus de deux ans. Le père était soigné pour dépression depuis un an et c’est le médecin traitant qui, lorsqu’il avait eu connaissance que les performances scolaires des enfants commençaient à chuter, avait indiqué des entretiens familiaux. Le motif officiel était le manque de communication dans cette famille depuis le décès de Madame. Ils furent d’accord pour déclarer et montrer qu’en effet ils ne se parlaient plus et que l’atmosphère familiale devenait insoutenable. L’ambiance de ces deux premières séances en était un parfait échantillon.

« Le passage par le deuil, lors des disparitions des êtres proches, est une conduite ancienne. Elle est à l’aube de la pensée. Et, c’est par la douleur de la perte qu’est apparue la mort comme une fin, comme l’accident de la vie, l’obstacle qu’il fallait éviter chaque jour par des conjurations.La notion de finitude est insupportable pour la conscience qui assure de l’existence…C’est par la représentation de la disparition que s’est creusée la notion de temps, de trace et celle de l’histoire. La tombe est à l’origine du souvenir. La douleur, à l’origine du deuil, la finitude à l’origine des limites qui fondent l’après dans l’histoire des hommes. »

Deuil, définition triviale

Il est assez remarquable que le temps du deuil, bien qu’il fasse l’objet de commentaires nombreux et de travaux multiples, se trouve le plus souvent, dans la clinique quotidienne, ravalé au registre vague de la dépression et, à ce titre, traité sans autre forme de procès à l’aide de cocktails comprenant, au choix du praticien et à la mesure de l’angoisse qu’il éprouve face à l’endeuillé, thérapie de soutien « généraliste », benzodiazépines, thymoanaleptiques et neuroleptiques.

Nous avons tous le sentiment de savoir ce qu’est le deuil et nous le définissons comme une réaction émotionnelle et affective de douleur morale, d’affliction et de désespérance que tout être humain éprouve lors de la perte d’un être cher.

Cependant, cette définition, à la fois parcellaire et superficielle, nous semble très régulièrement source de iatrogénie en ce qu’elle ne rend aucun compte des processus complexes qui sont à l’œuvre dans le deuil et n’ouvre qu’à une position de consolation timorée du type : « c’est dur, mais le temps fait bien les choses ! En attendant je vais vous donner un antidépresseur… »

« Le sentiment de perte n’apparaît que lorsque les liens se rompent. Il est d’autant plus ressenti que les liens sont forts. C’est le temps de la douleur, la représentation du manque. Puis vient le temps de l’affliction car le temps ne peut être producteur de réparations. Les aménagements sont impossibles, un monde se clôt sur des histoires non faites et qui n’acquiert leur sens que par leur terme.

Le deuil, c’est le moment de la sidération de ne pouvoir réparer et d’avoir tellement laissé de ce qui aurait pu être tellement mieux. C’est le temps de la faute, de la culpabilité »

Processus de deuil et temps de la tristesse : une confusion récurrente.

Le temps de la tristesse, si évident à repérer dans le processus de deuil, s’exprime à travers un sentiment complexe de perte irréparable, de dévalorisation de soi et d’impuissance ; pour spectaculaire qu’il soit, il ne constitue qu’une séquence du processus de deuil. Un problème, tant théorique que technique, est que cette séquence est très généralement confondue avec le processus lui même, par les praticiens de tous bords. Il est vrai que la demande, telle qu’elle est adressée par le sujet ou par ses proches, semble se résumer dans la plainte inhérente au temps de la tristesse. La fascination qu’exerce la plainte sur les praticiens, au détriment des autres séquences du processus de deuil, s’explique peut-être par cela.

Cet obstacle à une vision plus large et plus dynamique du phénomène de deuil tend à conduire le praticien à enfermer le processus de deuil dans le modèle classique de la dépression et favorise considérablement l’option « molécules ».

« Le moment du deuil, c’est la confrontation sidérante du temps qui passe de l’affligé avec le temps stoppé qui impose une reconstruction de l’histoire… »

Entristement et contagion affective

La contagion affective, encore appelée communication instantanée, est ce processus humain général par lequel les émotions se propagent et se partagent. Il suffit qu’un autre humain dont nous nous sentons suffisamment proche et parfois même un animal, montre une émotion pour que nous en éprouvions quelque chose ; seuls les êtres que nous sentons radicalement « autres » échouent à nous faire partager leurs émotions. Ce processus de contagion affective a ceci de particulier qu’il n’autorise à priori aucune distinction entre moi et l’autre : impossible de savoir si l’émotion que j’éprouve et que, éventuellement je vois éprouver, est venue de lui ou de moi. La fameuse « distance » que les vieux praticiens recommandent aux jeunes, est le mécanisme de défense le plus usité pour opposer une barrière à la contagion affective, tandis que l’empathie qui sous-tend toute affiliation, en est un usage professionnel intégratif.

L’entristement, en tant qu’il est une des expressions émotionnelles qui prête le plus éminemment à contagion affective, exerce une influence très puissante sur toute personne y étant confrontée, praticiens y-compris. Les larmes comme toute expression analogique et verbale de la douleur morale ( visage ravagé, mimique et gestuelle douloureuses, vêtements sombres) excitent chez ceux qui en sont témoins deux mouvements contraires : le désir de fuir cette situation (dont ils sentent qu’elle les envahit) et le désir de venir en aide à la personne (parce qu’ils sont envahis). En outre, le message même de l’entristement de deuil est fortement contradictoire : d’un côté il se manifeste comme une demande explicite d’aide et, d’un autre côté il indique au témoin par de multiples signes et signaux que tous ses efforts seront vains (voir les deux premières séances, famille M.). Prisonnier d’une double contrainte effectivement difficile à métaboliser, le témoin tend à répondre par une compassion hyperactive dans un premier temps, par la fuite ou l’agressivité dans un second temps.

« Le deuil est un intense moment de vie, dans la douleur, la tristesse, la colère vaine, les vaines reconstructions explicatives des évènements injustes. Les tambours de la vie résonnent et les actes qui conjurent la mort en appelant la vie sont de cette intensité et de l’ampleur des moments qui touchent à ces mystères hérités des immenses tragédies de l’histoire des humains. »

Le temps du deuil : mesure/ démesure.

Le temps du deuil, selon qu’on le mesure à l’aune de l’endeuillé ou à celle des témoins, montre un écart considérable dans les représentations. Entre celui dont a besoin un endeuillé pour traverser le « pays » du deuil (temps d’élaboration), et celui que tolèrent les personnes composant l’entourage proche et moins proche de l’endeuillé (temps de tolérance), il y a systématiquement incommensurabilité.

La plupart des cliniciens avertis s’accordent à penser que le deuil (pour les autres) d’une personne chère par décès nécessite en général deux à trois années, avec une première année particulièrement difficile car jalonnée d’anniversaires de tous ordres. L’entourage, lui, tolère rarement les manifestations du deuil plus de six mois environ ! Au delà, il tend à considérer que le deuil est pathologique et qu’il convient de mettre en œuvre les moyens adéquats pour le faire disparaître.

Le problème est que certains praticiens, non avertis, régulièrement sollicités par les personnes endeuillées, tendent à réagir de cette même façon : ils tolèrent les manifestations de la tristesse et du désespoir pendant quelques mois puis ne les supportant plus car envahis par un désagréable sentiment d’impuissance, ils réagissent dans le but de s’en protéger : les médecins prescrivent alors antidépresseurs et anxiolytiques tandis que les psychothérapeutes individuels auront tendance à s’orienter vers une thérapie de la dépression qui sous-entend que l’ « éternisation » de ce deuil relèverait de problèmes de séparation plus anciens, que ce deuil précis ne ferait qu’exacerber. Feed-back finalement négatif puisqu’il renforce l’équilibre d’une complémentarité rigide des relations.

Y-a-t-il une démesure au temps du deuil ?

Le temps du deuil varie en fonction des normes d’une époque et du contexte culturel dans lequel il se produit. Mais surtout, le temps du deuil, comme toute crise, est typiquement un état-processus : être en deuil, porter le deuil, état de chagrin à tonalité émotionnelle intense et forte composante analogique ; faire son deuil, apprentissage à vivre le manque, se représenter la perte et tenter de la réinscrire dans une histoire suivant un parcours qui va du senti au mental, de l’éprouvé à la représentation.

« Le deuil n’est pas que le temps de la douleur, ni celui de la confrontation à l’impossible réparation, c’est un moment de réorganisation des relations dans une famille et de résonances dans les réseaux personnels et professionnels ».

Deuil et thérapie familiale

Comment activer le passage d’une expérience existentielle douloureuse, voire traumatique, à un processus complexe qui ouvre sur un devenir ? Comment accompagner une famille dans le dépassement de l’effroi émotionnel et la stagnation relationnelle qui en découle ? Comment inventer un contexte d’expérience où puisse se surmonter l’idée du coup reçu ? Beaucoup de praticiens systémiques ont déjà apporté de l’eau au moulin de ces questions, pour ne citer que N. Paul (1967), J. Byng-Hall (1995), J. Linares (1998), E. Goldbebeter (1999).

« La place vide est générative et attractive. L’endeuillé est aux côtés d’une place vide et cette place, qui atteste du manque dans la structure familiale, et plus particulièrement chez les deuillants, acteurs les plus réactifs et singulièrement relais de l’histoire familiale la plus vivante, sera le pivot d’une autre organisation. »

Nous proposons ici de revisiter la méthodologie des « objets flottants », telle qu’elle a été développée par P. Caillé et l’un d’entre nous (Caillé et Rey , 1994) à la lumière de la pratique clinique du jeu de l’oie systémique, dans le cas de familles en deuil, pour élaborer une réflexion originale sur la pertinence de construire un outil spécifique à partir des courbes de deuil.

« Les objets flottants » peuvent être définis comme des rituels thérapeutiques à forte composante analogique. Rappelons rapidement que leurs principales fonctions sont :

  • De baliser le cadre par l’introduction d’un espace intermédiaire, espace de liberté protégé de toute explication, au sein de la rencontre thérapeutique. Ils viennent « trianguler » par la métaphore la relation famille-thérapeute favorisant ainsi un dialogue « non conventionnel ». La dimension analogique permet l’expérience d’une communication alternative qui intègre l’émotion et ouvre à la créativité.
  • En outre, ils agissent comme révélateurs des modèles organisant, aussi bien celui de la famille (comme on le verra avec le jeu de l’oie de la famille M.) que ceux des thérapeutes qui montrent , en introduisant ces objets, parfois ludiques, que leur rôle est moins « d’expertiser » que d’inventer un contexte différent, de proposer les conditions d’une expérience où l’esthétique du drame puisse se transformer en esthétique de l’exploration.
  • Enfin ils restent comme traces d’une rencontre « peu commune » et deviennent les témoins d’un parcours original, vestiges d’un passage qui attestent de l’irréversibilité du temps (difficile de faire comme avant quand les cases du jeu de l’oie restent en miroir de vos choix existentiels, ou que le blason familial est venu rendre lisible et visible l’idée que vous partagez de votre sentiment d’appartenance (Rey, 2000).

En introduisant « de l’ordre dans le chaos et du chaos dans l’ordre, tels des miroirs turbulents » (Caillé et Rey, 1994), ces rituels thérapeutiques contribuent à augmenter la diversité et le degré d’incertitude. Ils sont ainsi générateurs de perturbations mais offrent simultanément des repères méthodologiques fiables dans les situations les plus critiques. C’est ce qui nous incitent à préciser leur utilisation dans ce cadre des familles endeuillées et à poursuivre le chemin en le réinventant.

Le jeu de l’oie avec la famille M.

Ils étaient là pour la troisième fois. Le contrat avait été soigneusement reprécisé : il s’agissait de quelques entretiens familiaux, suite à l’indication du médecin traitant, et non pas d’une thérapie, à plus ou moins long terme qui aurait laissé supposer que le deuil ça se soignait !

Ils s’étaient assis, comme les autres fois, en laissant une chaise vide entre le père et la fille, la fille et le fils. Une timide tentative d’utiliser ces espaces vides s’était révélée prématurée. Ils avaient dit bonjour, puis attendaient en silence, sans hostilité affichée, sans, non plus, l’ombre d’un espoir.

La thérapeute décida alors d’utiliser le jeu de l’oie en prenant la précaution de le contextualiser de telle façon qu’il n’apparaisse pas comme une technique intrusive destinée à les faire parler. Elle parla de son malaise grandissant, les deux premières rencontres n’avaient fait que confirmer son hypothèse, à savoir le peu d’utilité que risquaient d’avoir ces entretiens tout en pensant que l’indication posée par le médecin était fondée. Elle avait besoin de leur aide pour comprendre comment ils étaient devenus « une famille où on ne se parlait pas », et çà, peut-être que ça serait utile. Pour ce faire elle les invitait à jouer à une sorte de jeu de l’oie en trois étapes. Une fugitive stupeur traversa le regard du père, une lueur de curiosité s’alluma dans celui des adolescents. Tous trois se penchèrent vers le plateau que la thérapeute venait d’ouvrir, comme soulagés d’avoir quelque chose à faire.

Rappelons brièvement que le jeu de l’oie systémique consiste à reconstruire avec la famille, en utilisant le support d’un plateau de dix cases* (plus une case de départ et une case d’arrivée), le récit de leur histoire commune. Ce jeu comporte trois phases qui peuvent se dérouler sur plusieurs séances :

La première étape consiste pour la famille à se mettre d’accord sur dix évènements significatifs de l’histoire collective après que chacun ait noté, sur des fiches séparées, les faits datés qui lui paraissent les plus importants (il est possible de proposer une fiche blanche avec seulement une date pour mentionner un évènement dont on ne souhaite pas parler).

Lors de la deuxième étape, chaque membre de la famille est invité à qualifier émotionnellement chaque case porteuse d’un évènement à l’aide de cartes symboles (oie, pont, prison, puits, hotel et dans la dernière version du jeu, le labyrinthe et la mort). Autrement dit sur le plateau du jeu de l’oie va se déployer un double parcours : celui de la chronologie des évènements correspondant à un choix collectif, celui plus symbolique de la résonance émotionnelle de chaque personne.

Enfin, dans un troisième temps, il est demandé à chaque participant de poser sur la case « départ » une fiche où il aura inscrit ce qu’il pense, à titre individuel, être à l’origine de ce double parcours. Il devra également déposer sur la case « arrivée » une fiche qui indique comment il envisage la suite, l’avenir du parcours.

Dès la consigne donnée des évènements significatifs de l’histoire familiale à noter séparément sur des fiches de bristol (Caillé et Rey, 1994, Rey, 1994), chacun s’affaira, sans regarder les autres et sans demander d’autres précisions.

La surprise fut totale : les sept premières cases du jeu de l’oie provoquèrent un bavardage bien inhabituel, surtout entre Annelise et son frère Michel qui finirent par se disputer la parole. Une autre famille commença à se dessiner, celle de l’avant deuil.

Case 1 : tous trois ont noté le mariage des parents en 1973. Maxime précise qu’il avait 22 ans et Hélène 20. Les enfants n’hésitent pas à demander des précisions sur leur rencontre et la conversation s’engage. En bref, ils étaient très amoureux et le mariage fut bien accueilli dans les deux familles. A la séance suivante cette case sera unanimement qualifiée d’une oie pour dire que c’était une union heureuse et dynamisante du fait de caractères très complémentaires.

Case 2 : voyage autour de la France en caravane pour Maxime et son épouse. Stages divers et quelques expériences professionnelles. Période d’insouciance dira Maxime qui la qualifiera ultérieurement par un pont. C’était un passage expliquera-t-il aux enfants, qui eux ne poseront pas de cartes symboles n’arrivant pas à se faire une idée de cette époque où ils n’étaient pas encore nés.

Case 3 : naissance désirée d’Annelise en 1975 qui fixe la famille dans une ville de l’ouest de la France où Maxime retrouve sa sœur cadette avec qui il a toujours eu beaucoup d’affinités. Il monte une petite entreprise de chauffage. Une oie à la séance suivante viendra confirmer la représentation d’un vécu plein d’entrain et de projets.

Case 4 : dépôt de bilan pour Maxime en 1977, la famille déménage dans le nord où Hélène a ses parents. Période difficile mais non tragique dira le père, il la notera d’un pont.

Case 5 : naissance de Michel, Annelise a quatre ans, elle dit se souvenir qu’il était très attendu. Les oies reviennent à l’unanimité.

Case 6 : nouveau déménagement en 1985 pour raisons professionnelles. Maxime se retrouve en chômage technique mais un poste lui est proposé en région grenobloise. Pour tous trois ce sera un pont fait du regret de ce qu’on laisse et de l’espoir de ce qu’on peut trouver. Les enfants diront que finalement ils ne regrettent pas le Nord, à la différence du père.

Case 7 : construction d’une maison où ils s’installent en 1987. Un pont pour Maxime, il y a eu tout de même un prix à payer dira-t-il, et des oies pour les enfants qui ont maintenant chacun leur chambre et un jardin.

Case 8 : décès d’Hélène dans un accident de voiture en 1988. A nouveau le silence envahit l’espace. Cependant la thérapeute, s’appuyant sur l’argument d’ une bonne compréhension du parcours, insiste. Maxime parle alors de sa culpabilité. C’est lui qui devait aller faire cette course, mais il était occupé à bricoler et c’est Hélène qui a pris la voiture. Les enfants échangent des regards et manifestent une certaine irritation, c’est clair, ils ne supportent plus ce discours maintes fois entendu. Mais ils seront tous d’accord, à la séance suivante, pour qualifier cette case d’un puits.

Case 9 : Dépression officialisée de Maxime, problèmes de santé et difficultés scolaires pour Annelise, repli et isolement pour Michel… Il n’y aura là encore que des puits.

Case 10 : porteuse d’inattendu : Maxime a noté qu’Annelise sortait depuis peu avec un copain tandis que les deux enfants ont , sans se concerter, écrit que papa a rencontré une « amie ». le puits (Maxime) et les ponts (Annelise et Michel) se bousculent!

Nous ne reviendrons pas sur la seconde étape du jeu de l’oie qui consiste pour chacun des participants à attribuer à chaque évènement une carte symbole (oie, pont, hôtel, prison, puits et, dans la dernière édition, le labyrinthe et la mort… ) pour décrire, définir son ressenti, son émotion, son vécu par rapport à cet évènement, compte tenu que nous avons déjà noté ces qualifications pour chaque case. Précisons seulement que cet entretien se déroulera dans une ambiance plus tonique que les précédentes mais aussi plus tendue au fur et à mesure que vont s’affirmer les différences de perception entre le père et les adolescents.

La troisième séance autour du jeu de l’oie sera consacrée a essayé de remplir les cases du départ et de l’arrivée. Autrement formulé, chaque partenaire est invité à noter sur des bristols de couleur différente ce qu’il considère être à l’origine de ce parcours de vie (mythe des origines mais surtout système de causalité) et ce qu’il envisage comme suite (projection dans l’avenir). Deux thèses vont alors se poser et s’opposer sur la case arrivée :

-Maxime propose d’y placer un tunnel dont il n’est pas possible d’apercevoir la fin ou de reprendre un puits sans eau pour se ressourcer.

-Annelise a écrit « mariages » !

-Michel se place alors en médiateur en évoquant « un temps suspendu ».

Il devient de plus en plus clair que sous les eaux immobiles du lac s’affrontent des courants contradictoires et qu’un deuil peut en cacher ou en prévenir un autre.

Mais examinons en vision rapprochée, puis élargie :

Ce que nous apprend ce parcours ritualisé du jeu de l’oie avec la famille M.

L’information est certes parcellaire, incomplète et reconstruite, nous en avons pleinement conscience, elle n’en ouvre pas moins à quelques pistes de réflexion :

  • Cette trajectoire factuelle et symbolique tissée en commun réintroduit indubitablement du continuum dans le discontinu proposé en ticket d’entrée : d’abord, sur huit cases, s’ébauche l’histoire, somme toute banale, d’une famille avec ses hauts, ses bas et ses déménagements qui montre sa capacité à gérer les heurts du quotidien. Puis survient « l’accident » qui apparaît alors comme un « deuil aggravé », selon l’expression de R. Neuburger (2000), en ce sens qu’Hélène représentait l’âme de cette famille. Elle sera décrite comme le pilier le plus solide et le pivot des relations avec les membres de la famille élargie et les amis. La crainte omniprésente est que sa disparition n’entraîne celle de l’esprit de famille, du moins celle de l’idée que père et enfants partagent de la famille. Cette hantise d’une double perte : celle au plan de la réalité phénoménologique et celle au plan mythique va modifier le rapport au monde de cette famille et plus généralement des familles confrontées à un deuil aggravé.
  • C’est dire que dans ce parcours du jeu de l’oie le deuil émerge comme patient identifié. Ceci vient confirmer les hypothèses de travail des chercheurs sur le syndrome post-traumatique : l’évènement traumatique est « l’évènement désigné qui agit  à la fois comme cause et effet » (Payen de la Garanderie et Sadlier, 2000) et il serait préjudiciable de déplacer cette désignation sur les personnes et/ou sur un passé antérieur : jusqu’au décès d’Hélène la famille M. montre qu’elle a su affronter et résoudre les difficultés existentielles plus banales. « Le temps suspendu » évoqué par Michel est non seulement la conséquence de cet évènement mais rend compte de la stratégie de survie induite chez la famille. En effet cet « hors temps » a aussi la fonction de pleurer la perte, de lui chercher un sens, d’effectuer des réaménagements psychologiques individuels mais aussi relationnels, de restaurer une trame mythique.
  • Cependant ce qui est aussi clairement montré est que ce deuil qui se prolonge dans une incommunicabilité persistante représente moins la fonction du symptôme que le symptôme de la fonction, pour reprendre une formulation chère à G. Auloos (1995). L’état-processus qui se réduit à l’état de fait signale une perturbation de la fonctionnalité des stratégies de « faire face » de cette famille. Et c’est cette problématique qu’il importera de considérer dans l’intervention thérapeutique.
  • L’intérêt de ce parcours ritualisé est qu’il ne se contente pas d’offrir un outil pour identifier, voire pour évaluer la problématique. Il fait aussi la démonstration de son utilité pour poser l’événement deuil comme borne temporelle avec un avant et un après. Il est fournisseur d’une nouvelle structure spatio-temporelle qui va permettre à cet évènement catastrophique d’être réinscrit dans le champ d’expérience, puis dans un récit, sans pour autant dénier le malheur et la douleur qui y sont liées. Cette réintroduction du temps vécu s’accompagne d’une meilleure lisibilité des « qualités émergentes » du groupe pour tous les protagonistes de la rencontre. Des sculptures de l’avenir, au cours d’une séance ultérieure, prendront le relais pour décrire et signifier ce qui ne pouvait être dit, pour accompagner le passage du « survivre » à “s’autoriser à exister » (Neuburger, 2000).
  • Enfin et en contre-point : ce récit de vie, reconstruit en plusieurs étapes qui vont du fait de l’accident à sa métabolisation symbolique, favorise , en confrontant finalités individuelles et finalités communautaires, la différenciation de soi. Le malheur ressoude la communauté et cette enveloppe familiale renforcée procure un indispensable soutien, un indéniable support. Cependant si cette phase s’éternise elle va aussi contribuer à étouffer les besoins émotionnels de chaque individu, ce qui pourra se traduire par une inhibition massive, des tensions de plus en plus perceptibles qui pourront aller jusqu’à la rupture, en particulier, à la période d’adolescence. Il s’agit donc de créer le contexte, de proposer des situations d’expérience susceptibles d’activer les ressources et plus encore les capacités d’auto réparation (aussi bien celles des individus que celles du groupe), ainsi peuvent être pris en considération à la fois le malheur et sa métamorphose (Cyrulnik, 1999).

« Plus la société est primitive, plus le deuil est apparent, plus il est organisé et ritualisé.

Plus la société est élaborée, moins il est apparent et plus il est banalisé… Et si l’avènement de la disparition d’un proche est banal dans l’histoire de l’humain, la douleur de la perte paraît anesthésier toute lucidité sur les conséquences de l’événement. »

Il semble que ce parcours du jeu de l’oie avec la famille M. ait permis de redonner une « apparence » au deuil et de ritualiser un passage. Mais si cette famille se présentait comme un système « arrêté » : montrait-elle pour autant une pathologie, au sens nosologique du terme ?

Nous pensons que le deuil, bien qu’il puisse générer les pires souffrances, n’est pas une maladie : c’est un parcours auquel tous les humains sont un jour soumis et pour lequel les contextes culturels ambiants, selon les époques et les territoires, offrent des moyens plus ou moins efficaces.

Il n’est un mystère pour personne, que les modèles systémiques recadrent radicalement l’univers nosologique classique, hérité pour une part des aliénistes du XIX° siècle, auquel le DSM donne une seconde vie, et pour une autre part de S. Freud. S’il fallait aujourd’hui catégoriser le processus de deuil du point de vue réductionniste cher à la nosographie dominante, il serait à l’évidence à ranger, non pas dans le registre des dépressions, mais dans la catégorie DSM des états de stress aigus[1], ce que la lecture freudienne nommait névroses actuelles. De fait, nous devons à S. Freud des termes aujourd’hui entrés dans le langage commun, le terme « travail de deuil » et celui de « perte d’objet ». Freud n’avait, il faut le souligner, pas manqué de préciser ceci concernant le deuil, qu’il n’est pas une maladie et n’a donc pas à être traité comme tel :

« Nous comptons bien qu’il (le deuil) soit surmonté après un certain temps et nous considérons qu’il serait inopportun, voire nuisible, de le perturber. » (Freud 1915)

Ce point de vue n’est, pensons-nous, pas inutile à rappeler à une époque où le processus de deuil est très souvent « traité » de façon hyper-réductionniste comme une dépression, ce qui n’a d’autre effet que de linéariser (Neuburger 1988, Gaillard 1994) le temps du désespoir, le chroniciser, en le qualifiant comme emblème du deuil. Or, les manifestations de douleur, d’affliction et de désespérance ne sont qu’une expression momentanée dans un processus, une séquence dans un travail de reconstruction pour se réinsérer dans le courant de la vie.

Les objets flottants, efficaces rejetons de l’épistémologie constructiviste, évitent toute désignation réductionniste : nous avons vu avec la famille M que le jeu de l’oie a permis que se réouvre l’éventail des choix (von Foerster 1991), au sein d’un système devenu redondant et non créatif.

Cependant si cet outil se révèle pertinent voire opérationnel avec les familles « installées » dans une phase de dépression suite à un deuil plus ou moins lointain, nous avons peu d’expérience de son utilisation avec un groupe familial encore en état de choc. A la recherche d’un objet flottant plus spécifique à la phase post-traumatique suivant le deuil, nous avons repris les diverses étapes telles que les principaux auteurs s’y étant attachés les ont définies.

Les « objets circulants » du deuil.

Bowlby (1984), observant des enfants séparés de leur mère, décrit un « syndrome de réponse à la séparation » au sein duquel il distingue trois phases : protestation, désespérance, détachement. Plus tard (Bowlby et Parkes 1980), adaptant ce modèle au deuil adulte, il complète son modèle et distingue cinq phases : stupeur, urgence de récupérer l’objet, désorganisation et désespoir, réorganisation.

M-F Bacqué et M. Hanus, qui travaillent depuis des décennies sur les processus de deuil, auteurs du Que sais-je ? Le deuil (2000), distinguent cinq étapes : état de choc (blocage somato-psychique), comportements de recherche et régression, agressivité et colère, expression du chagrin du deuil, terminaison du travail de deuil.

Elisabeth Kübler-Ross (1975), médecin qui a consacré sa vie professionnelle à l’accompagnement des mourants, propose une courbe du deuil concernant non pas les endeuillés, mais les personnes-mêmes dont la mort est proche. Cette courbe comporte cinq étapes : dénégation (choc), colère (émotion), marchandage, dépression préparatoire et acceptation (augmentation de l’autonomie).

Si nous comparons ces suites d’étapes, il apparaît rapidement que les divergences sont minimes et ne soulignent guère que l’insistance portée par les auteurs sur tel ou tel détail. Pour l’essentiel et pour l’ordre dans lequel les différentes phases se présentent, tous semblent d’accord. Quant à la courbe de Kübler-Ross, qui ne prétend décrire que le processus d’endeuillement de soi, il est facile de constater sa ressemblance avec les autres suites : de fait, depuis de longues années que nous travaillons à former et à superviser des équipes soignantes, nous avons pu constater que cette courbe décrivait de façon très concrète, non seulement les états par lesquels passaient les mourants, mais aussi ceux par lesquels passaient les soignants qui s’occupent des mourants, ainsi que les proches de ces mourants. Nous avons de même constaté que, au delà de ces approches réductionnistes, ces étapes procédaient de jeux d’interactions complexes pouvant, selon les personnes et les contextes, préserver le caractère dynamique du processus ou au contraire le bloquer dans des effets de bouclages récursifs ou de linéarisation.

Spirale, boucles et linéarisation de la spirale.

Ces trois suites de stades obéissent, de fait, à un modèle de pensée linéaire et normatif peu congruent avec l’observation clinique. En effet, ce que nous montre l’observation clinique ressemble beaucoup plus à une spirale plus ou moins chaotique qu’à une courbe linéaire. Les groupes endeuillés (deuil d’un autre ou deuil de soi) passent et repassent dans le désordre sur les mêmes positions : l’un des membres du groupe familial s’attarde sur une position qu’un autre shunte, alors qu’un troisième met en boucle récursive[2] deux ou trois positions entre lesquelles il navigue indéfiniment (entre dénégation, colère et marchandage, par exemple), et qu’un autre encore semble s’ancrer longuement dans une seule position (la colère, ou la tristesse, par exemple).

                           
       

tristesse linéarisée

 
   
 
 
 
 
       
 
 
 
 
       
 
     
 

 

Exemples de bouclage et de linéarisation

Dans le but de construire et d’expérimenter un nouvel objet, plus spécifique, nous avons retenu six items qu’il est peu ou prou possible de retrouver dans chacune des suites produites plus haut :

État de choc – Dénégation – Colère - Marchandage – Désespoir – Sagesse.

Nous avons testé ces six positions en les proposant individuellement à nos patients endeuillés de fraîche et de longue date, les uns manifestement en souffrance et les autres apaisés. Tous ont reconnu et décrit sans difficulté ces divers temps comme leur appartenant ou leur ayant appartenus. Nous avons de même testés ces temps auprès de soignants qui ont tous reconnus ces divers état comme leur appartenant régulièrement, face à la souffrance et à la mort de leurs patients. Nous les avons ensuite proposés aux familles endeuillées venant nous consulter.

Travail en famille autour d’un deuil particulièrement douloureux.

Mme D téléphone afin d’obtenir un rendez-vous pour sa famille. La fiche téléphonique décrit une famille ouvrière (père et mère travaillent en usine) avec trois enfants : deux garçons respectivement âgés de 19 et 14 ans, et une fillette de 7 ans. Les grands-parents paternels habitent dans un village voisin, les grands-parents maternels sont morts depuis une dizaine d’années.

A la question du thérapeute concernant le problème qui motive l’appel, madame D fond en larmes et dit que son fils aîné s’est suicidé quinze jours plus tôt. Un rendez-vous aussi proche que possible est alors immédiatement donné, auquel la famille nucléaire est conviée.

Lorsque la famille entre dans le cabinet, le contraste analogique est saisissant : monsieur D, un grand gaillard de 45 ans, se montre hilare ; il est suivi par son fils de 14 ans qui affiche un visage tendu par une colère sourde, puis par une fillette à l’air totalement perdu et enfin par son épouse, 40 ans, visage ravagé par le désespoir et les larmes.

Il est clair que cette simple description échappe au praticien qui ne reçoit qu’une seule personne à la fois ; en l’occurrence, d’un point de vue classique seule madame D aurait justifié une consultation.

Nous demandons à monsieur D de nous expliquer ce qui se passe : Aline (7 ans), nous dit-il d’emblée, a été informée de ce que son frère a eu un accident. Elle n’en sait pas plus. Nous expliquons alors à la fillette qu’il va y avoir des discussions graves entre grands et que, pendant ce temps, elle devra attendre dans la salle d’attente et que des explications lui seront données après. Elle accepte de sortir et nous l’installons avec des livres d’enfants, du papier et des feutres, lui demandant de dessiner pour nous une famille.

Nous disons aux parents que, à notre avis, il sera utile d’informer rapidement la fillette de ce qui s’est réellement passé, mais que nous allons prendre le temps d’y réfléchir ensemble. La fillette a assisté, nous informent-ils alors, à la mise en bière et aux obsèques de son frère.

Monsieur D, oscillant entre les rires et les larmes (il est en fait au comble de l’agitation et du désespoir), raconte qu’il avait « eu des mots » avec son aîné deux jours avant le drame, car ce dernier avait cassé sa voiture et dépensait tout son argent sans discernement. Ces derniers temps, à cause de ça, les relations étaient tendues entre les parents et leur aîné.

Il s’est pendu et son père, assisté du second fils, ne l’a retrouvé que le surlendemain après l’avoir cherché partout durant 24 heures.

Comme il se doit en thérapie systémique, nous procédons à une mise en information mutuelle et réciproque[3] de chacun des membres présents, en insistant sur les émotions dans lesquelles ils sont et par lesquelles ils sont passés.

A l’issue de cette séance extrêmement dense et forte, nous proposons une seconde séance qui servira à travailler ensemble sur les étapes par lesquelles ils vont passer ensemble et séparément. Nous demandons en outre aux parents qu’ils réfléchissent à la façon dont ils vont informer leur fillette de la façon dont son grand frère est mort.

La séance autour des étapes du deuil.

Après la reprise de contact, nous expliquons à la famille D que tous les êtres humains passent par les mêmes émotions et les mêmes sentiments quand ils ont perdu un être cher, et qu’il est important que chacun le sache et puisse le repérer sur lui-même et sur ses proches, dans ce chemin si difficile. La fillette est présente : les parents n’ont pas encore eu « le courage » de l’informer plus avant, mais comme le travail autour de la courbe ne nécessite pas qu’on entre dans tous les détails, nous décidons qu’elle participera au travail collectif. Nous explorons d’abord la fréquence des visites au cimetière : Mr D n’y est pas retourné depuis 15 jours, Mme D y est allée avant-hier, elle s’y était rendue 2 jours plus tôt ; Hervé n’y est pas allé depuis un mois (c'est à dire depuis l’enterrement) et Aline y va « de temps en temps avec mémé quand il y a pas école ».

Nous évoquons les objets et vêtements appartenant à Cédric, soulignant la nécessité de penser à les ranger, distribuer, jeter, selon leur importance. Nous informons Mme D de ce que, si un jour, elle « voit », ou si elle a déjà « vu » son fils depuis sa mort, elle ne doit pas s’en alarmer, qu’il s’agit d’un phénomène très fréquent et naturel (Gaillard 1996)

Nous dessinons devant eux la courbe État de choc – Dénégation – Colère - Marchandage – Désespoir – Sagesse et nous commençons l’exploration sur le mode habituel[4].

Choc : Mme est restée dans un état de prostration durant 15 jours environ, Mr en état de choc 4 ou 5 jours (en fait, il l’était encore lors du premier entretien : son agitation psychomotrice en témoignait), Hervé une semaine et Aline « un jour sans y croire ».

Dénégation : Mme : « ce n’est pas comme vous dites (dénégation) : c’est une coupure (douleur intense et continue, toujours actuelle un mois après le décès de son fils). Mme D est donc toujours en état de choc.

Mr : « quand je l’ai retrouvé, je l’ai pas vu mort : je l’ai vu appuyé en train de réfléchir, je l’ai appelé, je lui ai parlé, je pensais qu’il tenait une cigarette… Tant que le cercueil n’est pas fermé on n’y croit pas… La semaine après je le cherchais toujours, j’écoutais son pas dans la maison, je regardais si son auto était dans la cour… (Mme pleure)

Hervé : « j’y ai pas cru pendant une semaine…

Aline : « des fois on se dit qu’il va peut-être revenir…

Colère : Mr : « oui, ma femme m’a reproché d’avoir été dur, elle m’en veut toujours… moi, je me sens coupable tout le temps, ça ne me quitte pas…

Mme : (fait oui de la tête)

Hervé : (les dents serrées et le visage dur)  «  oui, je suis en colère contre mon père : il n’aurait pas dû engueuler mon frère, je lui en veux… (Mr pleure, Mme cesse de pleurer)

Marchandage : Hervé : « j’imagine une machine à remonter le temps…

Mr : « je me dis tout le temps que j’aurais pu faire plus pour le gamin, que j’aurais dû être là, que j’aurais pu dire (ceci ou cela)… (à noter qu’il s’agit d’une famille très unie et que le père avait en fait une excellente relation avec son aîné).

Mme : toujours dans la douleur de la coupure, elle n’a pas d’exemple de marchandage à proposer.

Désespoir : Mr dit que leur médecin leur a prescrit un mois d’arrêt de travail : « c’est trop long, j’aurais repris après 7 ou 8 jours (fuite devant la dépression).

Mme dit qu’elle n’aurait pas eu la force de reprendre aussitôt, mais qu’il lui a été utile de reprendre.

Hervé dit que, en fait, il commence à pardonner à son père et fond en larmes, ce qu’il n’avait pas encore fait en séance. Son père, à côté duquel il est assis, l’entoure tendrement de ses bras, Hervé ne le repousse pas.

Nous n’abordons le temps de l’apaisement que pour affirmer qu’il viendra pour tous à son heure, car la vie le veut ainsi. Le garçon est mort depuis un mois.

Nous ne proposons pas un troisième rendez-vous, sachant que la famille D a déjà dû consentir à un gros sacrifice financier pour payer les deux séances ; nous précisons que nous sommes disponibles au téléphone à tout instant, pour tous et pour chacun.

La famille D nous quitte, les parents et Hervé se déclarant « mieux » d’être venus ces deux fois ; les parents informeront Aline des détails de la mort de son frère.

Peut-il y avoir un accompagnement systémique du deuil ?

 Lors de l’utilisation de cette suite chaotique en six items, nous avons régulièrement constaté son efficacité en terme de relance de la dynamique du deuil et d’atténuation des souffrances. Nous pensons cependant que sa « sécheresse » digitale et sa trop grande linéarité dans la présentation peuvent être avantageusement travaillées, dans un respect plus grand de la danse interactionnelle où tout se joue (Gaillard 2000) et dans une meilleure prise en compte de l’analogique. Dans cette étude préalable à la création-validation d’une technique plus spécialisée nous avons retenu six « invariants », auxquels nous avons associé dix-huit « variables » consignées dans le tableau ci-dessous. Ce nouvel outil peut-il devenir un objet flottant, sachant que par définition ceux-ci ne sont pas des techniques de prévention ni de rationalisation, mais d’avantage des rituels fortement imprégnés en valeur émotive ?

invariants

variables

 

État de choc

Dénégation

Colère

Marchandage

Dépression

Sagesse

brouillard

stupeur

tête vide

Agitation

douleur

Aveuglement

Mensonge à soi-même

Rage

Envie de détruire

ressentiment

Culpabilité

Tristesse

Désespoir

vide

Apaisement

Renouveau

Renaissance

nostalgie

Discussion et conclusion.

Nous avons choisi pour présenter la première partie de ce travail, différents niveaux de langage : il nous paraissait important d’ajouter à l’échange théorico-clinique rationnel qui dénote, objectivise et fonctionnalise (Morin, 1993), une « voix off », celle de la poésie qui, elle, rend compte de la dimension sensible et de l’épaisseur des sentiments humains dans cette problématique particulière du deuil et de la thérapie.

Les différentes explorations rapportées ici confirment combien la notion de contexte est plus féconde que celle de structure de personnalité ou de toute classification réductrice, non seulement comme cadre de lecture d’un phénomène mais aussi comme condition pour que puisse s’expérimenter une communication moins aliénante et se réengager un processus dynamique.

La recherche se poursuit avec, pour point fixe, le respect d’une éthique d’ouverture des choix. De cette conversation où ont pu être évoqués différents niveaux d’expérience se dégagent cependant certains points :

- Les travaux portant sur les courbes visant à décrire le processus de deuil nous interpellent sur la dimension temporelle et sur la façon dont elle est mobilisée, tant au plan individuel que familial, lorsqu’un tel évènement survient.

Les réactions émotionnelles accompagnant ce processus de deuil concernent les sentiments de désespoir liés à la disparition brutale, à la perte, à la confrontation avec la mort auxquels viennent parfois s’ajouter un vécu de désorientation généré par le choc du bouleversement soudain du rang dans les générations, des statuts, des rôles et des relations au sein de la famille et avec le monde exterieur. On est alors très proche de ce qui a pu être observé dans le stress-post-traumatique (De Clerq, 1995). D’où l’idée d’un protocole spécifique dans la prise en charge de familles traumatisées par un deuil, qui marquerait un espace assurant une fonction limitative–protectrice et qui permettrait d’intégrer le symptôme majeur, à savoir la destruction du lien identitaire minimal, avec son cortège dévastateur des processus désintégratifs psychologiques et sociaux. Ces situations limites, encore mal étudiées, interrogent nos certitudes épistémologiques sur la question du statut de la réparation en thérapie. L’extrème décomplexification observable, dans certains deuils (ou série de deuils), tant au niveau des individus que celui des familles, pourrait rendre necessaire la mise en oeuvre d’outils partiellement reconstructeurs d’une complexité minimale. La question subsidiaire serait alors : la restauration des conditions de la complexité minimale dans les interactions familiales et sociales suffit-elle ?

- La mise en perspective de notre orientation psychothérapique axée sur les modèles fondateurs de la famille (Caillé et Rey, 1996) avec une réévaluation de l’action réparatrice fondée sur des observations spécifiques (Gaillard, 2000), dans un esprit d’ouverture constructiviste, ne peut, nous semble-t-il, que bénéficier à nos pratiques.

- L’expérience menée avec les « objets flottants » montre d’emblée l’avantage d’utiliser, au cours de cet accompagnement, un langage qui se place ailleurs, privilégie la communication analogique et ouvre au monde métaphorique.

- L’outil nous paraît, dans tous les cas, devoir rester imprédictible, tout en étant porteur d’ordre. Le jeu de l’oie semble bien correspondre à cette double exigence. Il pourrait être enrichi d’une phase où seraient apportées des photos de famille correspondant aux évènements sélectionnés lors de la première étape. Il pourrait aussi être complèté par un conte inachevé (cette démarche demande à être expérimentée et fera l’objet d’une autre étude). L’important est que à travers le récit reconstruit l’événement prenne sens et que puissent se cotoyer la révolte et la poèsie ouvrant le chemin vers une forme possible de cicatrisation et l’accès au réinvestissement du monde autour de soi. Lorsque les conditions mêmes de l’avènement du sens sont détruites, et non pas seulement oblitérées, la question de l’outil et du modèle sont à réinterroger.

« La perspective systémique du deuil impose des fonctions autres que celles qui se feront dans la douleur et l’affliction. C’est un moment intense de réorganisation et de création, de ces moments qui font joindre l’histoire d’une famille aux autres histoires qui font la vie des humains. La lucidité les éclaire, puis, leur histoire réinventée, ils continueront leurs chemins. »

Jean-Paul Gaillard et Yveline Rey

Département de psychologie. Université de Savoie- Jacob- Bellecombette

 

Bibliographie

Ausloos G. (1995) : La compétence des familles. Temps, chaos et processus. Erès, Toulouse.

Bacqué M-f et Hanus M. 2000 : Le deuil Coll. Que sais-je. Paris.

Bowlby J. 1984 : Attachement et perte. PUF. Paris.

Byng-Hall J. (1995) : Rewriting family scripts : improvisation and systems change. Guilford Press, New York and London.

Caillé P., Rey Y. (1994) : Les objets flottants, au delà de la parole en thérapie systémique. ESF. Paris.

Caillé P., Rey Y. (1996) : Il était une fois, la méthode narrative en systémique. ESF. Paris.

Cyrulnik B. (1999) : Un merveilleux malheur. Odile Jacob, Paris.

Freud S. 1915. « Passagèreté ». « Considérations actuelles sur la guerre et la mort ». « Deuil et mélancolie ». in Œuvres complètes vol XIII. PUF. Paris

De Clercq M. 1995 : « Les répercutions des syndromes de stress post-traumatique sur les familles » in Thérapie Familiale, Genève, vol XVI n° 2 : 185—194.

Gaillard JP. 1994. Le médecin de demain : vers une nouvelle logique médicale. ESF. Paris.

Gaillard JP. 1996. « Les veuves : entre perception et hallucination », in Perspectives psychiatriques Vol. 35 n°4 sept-oct 1996.

Gaillard JP. 2000. L’éducateur spécialisé, l’enfant handicapé et sa famille. ESF. Paris.

Goldbeter E. (1999) : Le deuil impossible. Familles et tiers pesant. ESF. Paris.

Linares J. (1998) : Des malades honorables : la relation des dépressifs avec le psychiatre. Cahiers critiques de thérapie familiale et pratique de réseaux, n° 21 : 29-40. De Boeck Université, Bruxelles.

Morin E. (1993) : Terre-patrie. Le Seuil, Paris.

Neuburger R. (1988) : L’irrationnel dans le couple et la famille. ESF. Paris.

Neuburger R. (2000) : Les territoires de l’intime. L’individu, le couple, la famille. Odile Jacob, Paris.

Payen de la Garanderie J., Saldier K. (2000) : Prise en charge familiale des psychotraumatismes infantiles. Générations, 19 :38-42.

Paul N. (1967) : The use of empathy in the resolution of grief. Perspectives in biology and medicine, 11 (1) : 153-169.

Rey Y. (1994) : Le jeu de l’oie (Loi) systémique. Résonances, 6 : 53-57.

Rey Y. (2000) : Penser l’émotion en thérapie systémique : le blason familial. Thérapie Familiale, Genève, 2 : 141-154.

Varela F. 1989 : Autonomie et connaissance, Seuil, Paris.

Wallon P. (1991): La relation thérapeutique et le développement de l’enfant. Privat. Toulouse.

*Jeu de l’oie systémique (réed. 2000) : Dr. Lavaure M. « Association du Jeu de l’oie », 5, rue du Lys, 24000- Perigueux.

 

[1] Etat de stress aigu, in mini DSM VI pp 211-213.

[2] Une boucle qui tourne sur elle-même, sans jamais changer.

[3] Cf. 1982 M. Selvini-Palazoli, L. Boscolo, G. Cecchin, G. Prata : « Hypothétisaiton – circularité – neutralité : guides pour celui qui conduit la séance. » in Thérapie Familiale 1982 vol. 3 n° 3.

[4] Cf. 1982 M. Selvini-Palazoli, L. Boscolo, G. Cecchin, G. Prata  op. cit.

 

 

Sites de recherche et réflexion systémique à consulter régulièrement :

IS3G

L’Institut Systémique 3ième Génération s’est donné pour tâche de former les thérapeutes du 21ième siècle, capables d’aborder les changements radicaux d’ores et déjà visibles dans les fonctionnements familiaux, institutionnels et individuels, liés à la mutation sociétale en cours. L’IS3G offre une formation longue à qui souhaite acquérir une formation complète de thérapeute systémicien. Il est basé à Strasbourg, mais intervient dans toutes les villes rassemblant un groupe de postulants de dix personnes au moins.
les journées d'étude et les formations, sur : www.frieh-bungert.fr

MCX-APC

Le réseau « Intelligence de la Complexité » est soutenu et organisé par deux associations-sœurs : l’Association Européenne pour la Modélisation de la Complexité (MCX) et l’Association pour la Pensée Complexe (APC), toutes deux présidées par deux complices de toujours : le Pr. Jean-Louis LE MOIGNE pour la première et le Pr. Edgar MORIN pour la seconde, deux références mondialement incontestées dans les registres de la pensée complexe.
Le site web MCX est une véritable mine d’or en matière de références bibliographiques. En outre, MCX-APC organise chaque année un Grand Débat réunissant les chercheurs les plus innovants en la matière : vous disposez dans ce site d’un échantillon vidéo de ces Grands Débats (MCX GRAND DEBAT 2006).

IDRES

L’IDRES, créé et animé par Jacques BEAUJEAN, est un site dédié aux praticiens de la systémique, thérapeutes, mais aussi tous les travailleurs sociaux concernés par cette approche. Sa particularité et son extrême richesse tient à ce qu’il offre une énorme quantité d’articles in extenso et qu’il est un site wiki totalement interactif. A visiter régulièrement, donc. L’IDRES, basée à Liège (Belgique), est aussi un institut de formation à l’adresse de qui souhaite acquérir une formation complète de thérapeute systémicien.

SICS

La Société Internationale des Conseillers de Synthèse, crée et animée par Armand BRAUN, offre un site de prospective et de réflexion économico-sociétale de grande valeur. Le site SICS dispose d’une riche bibliothèque, à consulter régulièrement.

 

Projet d'établissement 2002 du CNRS français :

"S'attacher à la complexité (…) c'est reconnaître que la modélisation se construit comme un point de vue pris sur le réel, à partir duquel un travail de mise en ordre, partiel et Ccntinuellement remaniable, peut être mis en œuvre"